Revue

Revue

Réforme des retraites 2013 : ni juste ni soutenable !

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 397, nov.-déc. 2013

La présentation du projet de réforme des retraites par le gouvernement français, fin août 2013, qui doit être soumis au Parlement cet automne en vue d’un vote avant la fin de l’année, a suscité de multiples réactions, beaucoup considérant que le compte n’y est pas. Jean-Claude Angoulvant ajoute ici sa pierre à ce débat, estimant que le projet en question n’est ni juste ni soutenable à long terme. Après un rappel des raisons pour lesquelles les réformes purement paramétriques ne fonctionnent pas et de l’évolution historique du problème des retraites, il présente les perspectives possibles, articulées selon quatre grandes options : néocollectivisme et corporatisme ; corporatisme et réformisme ; universalité et diversité ; et celle en faveur d’un régime unique et universel. Il souligne in fine qu’une réforme structurelle réaliste, juste et soutenable, nécessite de dissocier les fonctions de tutelle et de pilotage des régimes (actuellement toutes deux aux mains des pouvoirs publics), et de privilégier la généralisation de deux niveaux (une retraite de base universelle, et des complémentaires diversifiées et autonomes, responsables de leur propre financement).

#Dépenses publiques #France #Politique sociale #Retraite

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.