Revue

Revue

Les sentiers énergétiques doux

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 22, avr. 1979

« Quand les dieux veulent perdre un homme, dit un ancien proverbe grec, ils lui accordent tout ce qu’il désire. » La surabondance de pétrole à bas prix au cours des années 50-60 a-t-elle perdu l’Europe occidentale? C’est au cours de cette période, en tous cas, que nous nous sommes accoutumés, à l’imitation des Etats-Unis d’Amérique, à ce style de développement à haut profil énergétique qui nous lie aujourd’hui: logements à médiocre isolation thermique, urbanisme et tarification privilégiant l’essor du transport individuel, développement industriel lourd en énergie, etc. Dans tous les secteurs, pour tous les décideurs, la pléthore énergétique à bas prix était identique à la disponibilité de l’air pour respirer: une évidence inscrite dans la nature des choses. Le jeu économique – où chacun mettait sa vertu à contribuer à la prospérité collective en maximisant sa productivité individuelle – consistait donc à préférer partout les techniques économes en capital et en travail (dont les prix étaient orientés à la hausse), fussent-elles voraces en énergie (dont les prix étaient réputés orientés à la baisse).
#Politique énergétique

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.