Revue

Revue

L'aménagement du territoire : faux débats et vrais enjeux

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 199, juin 1995

La Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR, France) a lancé en 1990 un ambitieux programme « Prospectives et territoires », qui entendait dessiner « le scénario du souhaitable pour la France de 2015 ». A l’instigation de Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire, le gouvernement d’Édouard Balladur à son tour lançait, en 1993, en grande pompe, « un grand débat national sur l’aménagement du territoire » qui devait aboutir au vote d’une « grande loi d’orientation » pour la France des années 2015 qui, très en deçà des ambitions affichées, fut votée en décembre 1994.
Que reste-t-il de ce vaste remue-ménage ? Beaucoup d’idées reçues, de vaines polémiques et de voeux pieux dans un domaine pourtant qui, par excellence, devrait faire l’objet d’une réflexion prospective et d’une poltique publique à long terme.
Jean-Paul Lacaze, qui fait autorité en la matière, brosse ici un bilan sans complaisance de ce grand débat et des orientations qui en ont résulté. Mieux, il souligne les véritables enjeux d’une politique d’aménagement et de développement du territoire qui tiendrait compte de la pesanteur de l’histoire et des défis du futur.

#Aménagement du territoire #France

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.