Revue

Revue

L’« effet Bruxelles », une stratégie d’influence ?

en

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 437, juil.-août 2020

Alors que beaucoup considèrent la mondialisation économique comme un terrain de jeu sans règles, on constate à l’inverse une inflation de normes de toutes sortes (techniques, commerciales, environnementales…) qui, au fil du temps, deviennent déterminantes. Gagner la bataille des normes est ainsi devenu primordial pour les États leaders de l’économie mondiale, afin de faciliter l’accès au marché à leurs entreprises. Les États-Unis ont longtemps dominé cette bataille, imposant leurs standards au reste du monde ; la Chine travaille activement pour occuper le terrain. Mais l’Union européenne n’est pas en reste car, grâce à son grand marché fort convoité, elle est capable d’imposer ses propres règles, affirme ici Jean-François Drevet.

Grâce à ce marché unique très régulé, sans coercition ni négociation particulière, l’Union européenne conduit les entreprises à suivre ses règles, dans leur propre intérêt économique. Cette chronique montre comment se déploie cette influence normative – l’« effet Bruxelles » -, qui constitue un atout incontestable pour les États membres, et pose la question de son exploitation possible à des fins plus politiques (droits de l’homme, démocratie…).

#Commerce international #Entreprises #Normes de production #Union européenne

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.