Revue futuribles n° 445

Économie, emploi - Territoires, réseaux

Le transport maritime au risque de la démondialisation ?

Par

La mise à l’arrêt quasi total de l’économie mondiale lors de la première vague de Covid-19 et son redémarrage poussif en 2020 ont considérablement affecté le secteur des transports. On a beaucoup mis l’accent sur le transport aérien, victime de la baisse des flux touristiques ; mais la chute de la production manufacturière et des échanges internationaux a également beaucoup affecté le transport de marchandises dont l’essentiel est effectué par voie maritime. Or, le transport maritime avait déjà fait les frais de la crise économique de 2008. Cette deuxième salve signe-t-elle la fin d’un âge d’or pour ce secteur ?

Poursuivant notre série consacrée aux mers et océans, Antoine Frémont fait ici le point sur le transport maritime qui, après avoir connu une hausse continue et sans précédent du trafic, est désormais victime des aléas de la (dé)mondialisation. Il présente les évolutions sur longue période de ce secteur, le gigantisme des navires, le déplacement des zones de production et donc l’accroissement des échanges commerciaux avec l’Asie… Il souligne également les incertitudes inhérentes aux conséquences des crises de 2008 et 2020, les reconfigurations en cours et les risques liés à « l’oligopole du transport conteneurisé », mais aussi l’impact de la transition écologique (engagée en particulier en Europe), notamment sur le transport d’hydrocarbures et les exigences en matière de baisse des pollutions des navires. Enfin, dans ce contexte nouveau et non encore stabilisé, il propose trois scénarios d’évolution possible pour le transport maritime d’ici 2040 : celui des crises, celui du multilatéralisme apaisé, et celui d’un monde à deux vitesses.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner