Revue

Revue

Les Voitures autonomes. Comment les voitures sans chauffeur transforment nos modes de déplacements et créent une nouvelle industrie

Analyse de livre

Hod Lipson dirige le laboratoire de « Machines créatives » de l’université de Columbia, qui se concentre sur la robotique évolutive, le prototypage rapide et la vie artificielle. Melba Kurman, diplômée de Cornell et associée à l’université de la Singularité, enseigne en ligne sur l’impact des technologies sur la société et en particulier sur les applications de l’intelligence artificielle (IA) à la mobilité, à l’automobile autonome et aux cités intelligentes du futur.

LIPSON Hod, KURMAN Melba, « Les Voitures autonomes. Comment les voitures sans chauffeur transforment nos modes de déplacements et créent une nouvelle industrie », FYP Éditions, Reboot, octobre 2018, 360 p.

La première partie de l’ouvrage rappelle que la conduite automatique et l’IA ont connu séparément le même développement précoce, suivi d’un long « hiver » par manque de crédits, avant de renaître de leurs cendres et se rejoindre pour donner vie à des véhicules authentiquement autonomes.

C’est en effet en 1939 que la voiture sans pilote a fait son apparition sur un circuit de démonstration aménagé par General Motors lors de l’Exposition universelle de New York, attirant des foules considérables. La stratégie alors à la mode, qui consistait à mettre l’essentiel de l’intelligence dans la route (ou au bord de celle-ci) allait toutefois s’avérer un mauvais choix, entraînant le déclin progressif du concept de « route électronique ». Par ailleurs, l’entrée prochaine en guerre des États-Unis allait orienter les crédits vers d’autres priorités.

De la même manière, les recherches sur l’IA ont démarré dès 1943 avec la créatio...