Revue

Revue

Les constructeurs automobiles se détournent du " tout robot "

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 175, avr. 1993

Au début des années 1980, la tendance lourde perçue était celle de l’automatisation sans cesse croissante des ateliers et l’on commençait à parler  » des usines sans hommes « .
À la fois consécration du savoir-faire des ingénieurs et solution finale des problèmes sociaux : plus de maladie, plus de Sécurité sociale, les horaires de nuit sont désormais accessibles… 24h sur 24 !
En réalité, les machines ne marchent pas toutes seules : il y a toujours derrière, un homme qui surveille, qui observe, qui règle ; à y regarder de près on s’aperçoit aussi que de nombreuses tâches élémentaires sont très difficiles à automatiser, que cela demande des capacités de traitement de l’information très importantes. Cela coûte cher, c’est difficile à mettre au point et à maintenir en état de marche. Cela tombe souvent en panne et pose quelquefois plus de problèmes que l’on voulait en résoudre.

#Automatisation #Automobiles #Management

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.