Revue

Revue

L'Arménie et l'Europe

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 366, sept. 2010

Un grave incident sur la ligne de cessez-le-feu entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan a fait cinq morts en juin dernier. Cet événement, suivi de nombreuses autres violations de cessez-le-feu et de déclarations publiques enflammées de part et d’autre, témoigne d’une tension accrue dans cette région. Tension que la communauté internationale n’arrive pas, jusqu’à présent, à désamorcer. Au cœur des hostilités : la république autoproclamée du Nagorno-Karabakh (ou Haut-Karabagh), rattachée à l’Arménie – qui a déjà fait l’objet d’une guerre entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie entre 1992 et 1994 -, et une fraction de territoire azéri contrôlée par Erevan depuis la fin du conflit armé.

« Une relance des conflits dans le Caucase fait malheureusement partie des hypothèses à envisager », précise ici Jean-François Drevet, avant de souligner que l’attitude de la Turquie serait un facteur essentiel dans l’évolution de la situation. Une attitude toujours déterminée, selon l’auteur, par la non-reconnaissance du génocide arménien. Dans ce contexte, Jean-François Drevet invite donc l’Union européenne à s’investir davantage dans cette région et à mettre en place une politique plus énergique et plus claire, « avant qu’il ne soit trop tard ».

#Europe centrale et orientale #Géopolitique #Union européenne

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.