Revue futuribles n° 436

Économie, emploi - Société, modes de vie - Territoires, réseaux

Le trottoir, nouvel actif stratégique

« Le trottoir est à tout le monde » peut-on parfois entendre dans la rue à l’occasion d’un différend sur l’occupation de l’espace public. C’est le sentiment du promeneur et des habitants des villes qui en sont dotées. Mais est-ce encore vraiment le cas ? Le trottoir est-il encore un espace public, utilisable librement par tous et en toutes circonstances ?

Isabelle Baraud-Serfaty, spécialiste des questions urbaines, pose ici la question et montre comment les trottoirs qui bordent la chaussée des villes ont évolué au fil du temps. De symbole de la « ville des infrastructures », il devient un enjeu d’intérêt à l’ère des nouvelles mobilités et des nouvelles fonctionnalités liées à la ville « intelligente ». À ce titre, il suscite donc de plus en plus de convoitises de la part des opérateurs de plates-formes numériques : une nouvelle couche, « informationnelle », se développe sur les trottoirs (plus particulièrement sur les bordures de trottoir), qui peut être exploitée à des fins de service aux usagers mais aussi à des fins commerciales. De fait, il devient indispensable, selon Isabelle Baraud-Serfaty, que les villes, les collectivités locales, l’intègrent dans leur gouvernance publique des espaces urbains, et que le trottoir fasse l’objet de régulations, de sorte que les informations qui le concernent ou qu’il recèle ne soient pas confisquées / monnayées par des opérateurs privés, aux dépens des usagers. Ces évolutions appellent enfin, selon elle, à considérer les trottoirs et, au-delà, ce que certains nomment les « rez-de-ville » comme de nouveaux « communs », stratégiques, dont il faut préserver les fonctions d’intérêt général.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner