Note de veille

Institutions - Société, modes de vie

La France est plus que jamais une société de défiance

Par

Futuribles analyse depuis près de 20 ans l’évolution des valeurs des Français, au travers des enquêtes récurrentes et baromètres rigoureux réalisés sur le sujet [1]. Et une tendance lourde s’en dégage : la France est une société de la défiance, les individus accordant globalement une confiance très faible à la fois aux institutions publiques, aux acteurs privés et aux personnes qu’ils ne connaissent pas. Sur tous ces indicateurs, la France figure ainsi traditionnellement en bas du peloton dans les enquêtes sur les valeurs réalisées en Europe.

Depuis 10 ans, le CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po) réalise un baromètre sur la confiance politique des Français, dont la dernière vague est sortie en janvier. La méfiance structurelle des Français y est une nouvelle fois confirmée, voire renforcée. En effet, alors que la confiance exprimée par les Français envers certains acteurs avait tendance à augmenter depuis quelques années, elle s’effondre à nouveau.

Ainsi, seul un quart des Français fait aujourd’hui confiance aux syndicats, aux banques et aux médias. Le taux de confiance envers les syndicats a diminué de 10 points en 10 ans. Celui accordé aux banques a baissé de sept points en trois ans, et la confiance envers les médias n’a quant à elle jamais augmenté depuis 2009… Les partis politiques sont eux aussi au plus bas, puisque à peine un Français sur dix déclare leur faire confiance, contre 14 % il y a trois ans.

Le niveau de confiance dans certaines organisations (réponses « Très confiance » + « Plutôt confiance »)
Source : Baromètre de la confiance politique / vague 10, CEVIPOF, janvier 2019.

Le niveau de confiance dans les institutions politiques (réponses « Très confiance » + « Plutôt confiance »)

Source : Baromètre de la confiance politique / vague 10, CEVIPOF, janvier 2019. URL : https://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/CEVIPOF_confiance_vague10-1.pdf. Consulté le 13 février 2019.

De même, environ un Français sur quatre fait confiance aux institutions majeures de la démocratie représentative que sont le gouvernement, l’Assemblée nationale, l’institution présidentielle et le Sénat (ainsi que l’Union européenne). Depuis 2015, toutes ces institutions enregistrent des baisses d’au moins 10 points (et même 20 pour l’Assemblée nationale et le Sénat) de la proportion de citoyens qui leur accordent leur confiance.

Un autre chiffre retient l’attention : seuls 36 % des Français déclarent faire confiance aux grandes entreprises privées, dont 2 % seulement leur font « très confiance ». Ce taux a diminué de 11 points depuis 2015, retrouvant son niveau de 2011, le plus faible depuis le lancement du baromètre. Cette baisse est également enregistrée dans le baromètre de la consommation responsable d'Ethicity / GreenFlex : seul un quart des Français déclarait faire confiance aux grandes entreprises en 2017, soit deux fois moins qu'en 2004 [2].

Comme toutes les enquêtes d’opinion, celle du CEVIPOF doit être interprétée avec prudence. Néanmoins, ce constat d’une défiance profonde des Français envers les acteurs publics et privés semble cohérent avec un certain nombre de discours et de comportements observés depuis quelques années, qui traduisent tous l’idée d’une crise de confiance majeure de la démocratie et du système capitaliste.

Ainsi, sept Français sur dix considèrent que la démocratie ne fonctionne pas très bien, voire pas bien du tout, et que les responsables politiques sont déconnectés de la réalité et ne servent que leurs propres intérêts. Ils sont aussi nombreux à estimer que « l’économie actuelle profite aux patrons aux dépens de ceux qui travaillent ». Et la moitié des personnes interrogées se déclare désormais favorable à une réforme en profondeur du système capitaliste, soit presque 10 points de plus qu’en 2016. Les décideurs politiques et économiques semblent donc plus déconnectés que jamais des individus.

En dehors des membres de leur famille (qui recueillent 93 % de confiance), deux catégories d’acteurs semblent épargnées par cette crise de confiance. D’une part, les petites et moyennes entreprises, à qui 8 personnes sur 10 accordent leur crédit, même si ce taux est lui-même en très légère baisse depuis deux ans. D’autre part, les citoyens : 7 individus sur 10 pensent que « les gens peuvent changer la société par leurs choix et leurs actions » (un taux très stable depuis 10 ans). Et ils sont aussi nombreux à estimer que les citoyens devraient pouvoir imposer un référendum sur une question à partir d’une pétition ayant rassemblé un nombre requis de signatures (le principe du référendum d’initiative citoyenne).

Les 10 années du baromètre du CEVIPOF montrent combien les perceptions de la confiance des individus peuvent être fluctuantes : les faibles taux enregistrés cette année ont souvent déjà été observés dans le passé. Néanmoins, les données du baromètre 2019 semblent confirmer la méfiance croissante des individus envers les acteurs publics et privés les plus puissants, ce qui se traduit par une volonté de se tourner vers les acteurs jugés plus petits et transparents, notamment les acteurs de proximité, et par une aspiration croissante à l’action individuelle. Des tendances en cohérence avec la crise des « gilets jaunes » qui a éclaté en France cet automne.

------------------------
Source :
CEVIPOF, Baromètre de la confiance politique, les résultats par vague. URL : https://www.sciencespo.fr/cevipof/fr/content/les-resultats-par-vague. Consulté le 13 février 2019.



[1] Voir les numéros spéciaux de Futuribles consacrés aux valeurs des Européens, par exemple n° 200, juillet-août 1995. URL : https://www.futuribles.com/fr/revue/200/ ; n° 277, juillet-août 2002. URL : https://www.futuribles.com/fr/revue/277/ ; n° 395, juillet-août 2013. URL : https://www.futuribles.com/fr/revue/395/ ; ou, plus récemment, Bréchon Pierre, « L’évolution des valeurs. À propos du livre de Ronald Inglehart Les Transformations culturelles. Comment les valeurs des individus bouleversent le monde ? », n° 428, janvier-février 2019, p. 17-31. URL : https://www.futuribles.com/fr/revue/428/levolution-des-valeurs-a-propos-du-livre-de-ronald/. Consultés le 13 février 2019.

[2] Voir « Étude GreenFlex 2017 : les Français et la consommation responsable ». URL : https://info.greenflex.com/les-francais-et-la-consommation-responsable-2017. Consulté le 13 février 2019.

À lire également

Devenir membre

Cet article est en accès libre jusqu'au 30/03/2019. Devenez membre pour accéder à l'ensemble des productions de l'association.

Adhérer