Revue

Revue

État d’urgence technologique. Comment l’économie de la surveillance tire parti de la pandémie

Analyse de livre

Avec État d’urgence technologique, Olivier Tesquet, journaliste, signe un nouvel ouvrage glaçant. Après son livre À la trace [1], il fait de ce pamphlet un signal d’alarme, alors que la pandémie Covid-19 est loin d’être terminée. À trop placer « la santé » (ou la sécurité) comme « la première des libertés » (p. 12), nous risquons de sombrer dans un état d’urgence technologique perpétuel qui justifie l’extension de la surveillance de masse, au détriment des vraies libertés individuelles de mouvement, d’expression, de vie privée…

TESQUET Olivier, « État d’urgence technologique. Comment l’économie de la surveillance tire parti de la pandémie », Premier Parallèle, février 2021, 160 p.

Tout au long de ce bref essai, l’auteur démontre, en effet, comment la crise sanitaire est une opportunité pour les entreprises de technologies de sécurité d’étendre leur marché et de faire fructifier leur chiffre d’affaires. Les États, eux, masquent leur impréparation et leur incapacité à gouverner en durcissant les mesures sécuritaires et en expérimentant, sans plus de limites, toute sorte de dispositifs orwelliens, sous prét...

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.