Revue

Revue

Culture de la performance et éthique du service public

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 356, oct. 2009

Si le mot « performance » et ses corrélats, résultats, efficacité, efficience, sont aujourd’hui familiers aux personnels d’encadrement de l’éducation en France, ils restent encore difficiles à accepter par les enseignants. Pour beaucoup d’entre eux, ces notions sont synonymes d’une vision comptable de l’éducation qui heurte profondément leur sensibilité. Tout se passe donc comme si l’on assistait à un divorce entre les valeurs portées par les cadres de l’Éducation nationale et celles qui ont cours sur le terrain. Au-delà d’une simple question de sémantique, n’est-ce pas le révélateur d’une difficulté à faire émerger une « éthique du résultat » dans un système qui reste profondément attaché aux valeurs traditionnelles qui ont fait l’École à la française ?

Jean Étienne examine ici les intérêts et limites d’une culture de la performance dans le domaine de l’éducation, dans le contexte spécifique du service public de l’enseignement « à la française ». Il montre qu’il est possible aujourd’hui de concilier performance et éthique éducative, sous réserve notamment de ne pas se contenter d’objectifs quantitatifs (aux effets parfois pervers) et d’introduire des éléments d’évaluation qualitative, plus en adéquation avec les valeurs du monde enseignant.

#Administration publique #Éducation. Formation

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.