Revue

Revue

Pour un revenu de citoyenneté

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 184, fév. 1994

Persuadé que le chômage et l’exclusion sociale augmenteront, l’Institut la Boétie prône la création d’un revenu de solidarité nationale suffisamment faible pour inciter les individus à rechercher des revenus complémentaires, mais suffisamment élevé pour satisfaire les besoins de base des plus démunis.
Comme l’expliquent J.M. Fisch et R.F. Ripoll, il ne s’agirait point d’instaurer une nouvelle prestation d’assistance sociale à la panoplie d’un dispositif par trop complexe et coûteux, mais de substituer aux allocations et aides existantes, un revenu qui, selon, eux, à la différence du RMI, inciterait à l’activité plutôt que d’entretenir l’exclusion.
A cette fin, ils prônent l’instauration d’un « guichet unique » permettant au payeur de contrôler vraiment l’effort accompli par les bénéficiaires du RSN pour s’insérer dans « la communauté des actifs », fut-ce au travers d’emplois faiblement rémunérés.
Ce RSN pourrait au demeurant se transformer en revenu de citoyenneté qui, dès lors que nous aurons pris conscience des limites du salariat, serait versé aux individus en contrepartie de leur contribution aux innombrables activités susceptibles de concourir au bien commun.

#Citoyenneté #Propositions #Revenu minimum

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.