Revue

Revue

Les grands projets architecturaux et urbains

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 57, juil.-août 1982

Depuis une vingtaine d’années des projets d’architecture et d’urbanisme, remettant en question aussi bien les données traditionalistes de l’architecture que le modernisme actuel hérité des années 20, se sont multipliés. Même si le point fort de ces publications et expositions s’est situé entre 1959 et 1969, c’est-à-dire en un temps où l’expansion économique dans les pays industrialisés permettait de rendre crédible des projets de villes gigantesques et d’un coût difficilement chiffrable, contrairement à ce que pourraient laisser croire actuellement la plupart des publications spécialisées qui ont bifurqué avec la «crise» dans le rétro et l’historicisme, les mégastructures ne sont pas une idée abandonnée par la prospective. Simplement les projets de mégastructures prolifèrent moins en Europe, mais abondent au Japon et font une percée en URSS. L’urbanisme souterrain, qui demeure timide en Europe, commence à se concrétiser au Canada, au Japon et en Chine. L’urbanisme souterrain a de plus trouvé un regain d’intérêt en couplant ses recherches avec celles de l’énergie solaire. Enfin, au cours de ces dix dernières années, les projets de villes flottantes et de villes sous-marines se sont multipliés.
#Architecture #Grands travaux #Utopie #Villes

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.