Revue

Revue

La crise financière occidentale : une chance pour la Chine ?

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 345, oct. 2008

On assiste, depuis le milieu de l’année 2007, à une crise financière née de la désormais célèbre  » crise des subprimes  » survenue aux États-Unis en 2006-2007. La plupart des établissements financiers concernés ayant des ramifications internationales, la crise a fait tache d’huile et entamé la confiance de nombreux acteurs du système financier mondial, et continue de faire trembler quant à ses conséquences possibles.
L’économie chinoise étant fortement liée à celle des États-Unis, en raison notamment des nombreuses créances libellées en dollars US, des bons du Trésor américain détenus par la Chine et des flux d’exportations vers les États-Unis, ce géant risque-t-il d’être affecté par la crise en cours ? Rien n’est moins sûr, indique ici Philippe Delalande : d’une part, les conditions d’une crise immobilière puis bancaire et boursière ne semblent pas réunies en Chine ; d’autre part, la crise mondiale en cours pourrait bien permettre à la Chine de baisser son rythme de croissance et de prendre la voie d’un  » développement harmonieux « , sous réserve toutefois que l’inflation ne s’emballe pas…

#Chine #Crise économique #États-Unis #Marché financier

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.