La démarche prospective

La prospective, concepts de base

Ni prophétie ni prévision – concept théologique réservé à la connaissance que seul Dieu aurait de l’avenir, disait Voltaire – la prospective n’a pas pour objet de pré-dire l’avenir – de nous le dévoiler comme s’il s’agissait d’une chose déjà faite – mais de nous aider à le construire. Elle nous invite donc à le considérer comme à faire, à bâtir, plutôt que comme quelque chose qui serait déjà décidé et dont il conviendrait seulement de percer le mystère.

Reconnaissons de ce point de vue qu’elle est le fruit d’une véritable révolution de la pensée puisque, aux philosophies d’antan reposant très largement sur l’idée d’un système autorégulé (ou régulé par Dieu), se perpétuant suivant une logique qui lui était propre (cf. le thème de la « bonne Nature ») et dont l’homme n’était qu’un sujet, s’est substituée une philosophie au sein de laquelle (immense présomption pourraient dire certains) l’homme devient un acteur principal, sinon le maître.

On pourrait longtemps disserter sur la question du déterminisme et de la liberté, sans doute pour parvenir à la conclusion que nous ne sommes ni totalement libres ni totalement prédéterminés. Mais il est clair que la foi jadis accordée à l’autorégulation des systèmes, l’acquiescement des individus à un destin tout tracé, a cédé progressivement la place au culte de l’homme libre et responsable. D’autant plus libre et responsable que son pouvoir n’a cessé de croître – notamment au travers des progrès de la science et de la technologie – pour le meilleur comme pour le pire…

Le fait est que la prospective repose sur trois postulats qui en disent long sur la philosophie, au moins implicite, de la démarche. Ces trois postulats se traduisent par les affirmations suivantes :

L’avenir est domaine de liberté
L’avenir est domaine de pouvoir
L’avenir est domaine de volonté

Ceci est très clair lorsque Gaston Berger nous invite à « considérer l’avenir non plus comme une chose déjà décidée et qui, petit à petit, se découvrirait à nous, mais comme une chose à faire », et lorsque Bertrand de Jouvenel écrit à son tour : « À l’égard du passé, la volonté de l’homme est vaine, sa liberté nulle, son pouvoir inexistant (…). Le passé est le lieu des faits sur lesquels je ne puis rien, il est aussi du même coup le lieu des faits connaissables » (ce qui n’exclut pas qu’il donne lieu à plusieurs interprétations). Alors, au contraire, que « l’avenir est pour l’homme, en tant que sujet connaissant, domaine d’incertitude, et pour l’homme, en tant que sujet agissant, domaine de liberté et de puissance ».

Ce texte est extrait de l'ouvrage d'Hugues de Jouvenel, Invitation à la prospective / An Invitation to Foresight (Paris : édition Futuribles, coll. Perspectives, 2004, 88 p.) :

Adhérer à l'association

Accédez aux productions de l'association et participez à ses activités en devenant membre de Futuribles International

Adhérer