Revue

Revue

Économie circulaire : le BTP doit faire sa révolution

Responsable de la production des trois quarts des déchets en France, le secteur de la construction doit accélérer sa transition vers l’économie circulaire qui ne se limite pas au seul recyclage des matériaux.

En France, les activités de construction, de réhabilitation et de démolition produisent 73 % des déchets, soit 260 millions de tonnes par an (voir figure) [1].

Ces déchets mobilisent d’importantes installations de stockage dont les capacités sont limitées. Par exemple, les déblais qui seront générés par les travaux du « Grand Paris » occuperont l’équivalent de 7 000 piscines olympiques [2].

Si les capacités des installations de stockage sont limitées, celles des réserves de certains matériaux de construction le sont également. Le secteur de la construction consomme plus d’un tiers de la production mondiale de cuivre, un cinquième de celle de zinc, un dixième de celle de nickel. Or, les réserves de ces métaux ne dépasseraient pas les 40 années de production [3].

Le secteur de la construction a également un impact important sur l’environnement. À elle seule, la fabrication de ciment est responsable de 19 % des émissions industrielles de CO2 [4].

Pour faire face à ces contraintes et réduire son impact sur l’environnement, le secteur de la construction ne va pas avoir d’autre choix que d’accélérer s...

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.