Revue

Revue

Bibliographie n° 244

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 244, juil.-août 1999

L’auteur, physicien, a consacré trente ans de sa vie professionnelle à l’espace et occupé les plus hautes fonctions à l’Agence spatiale européenne (l’ESA) et au CNES, dont il a présidé les destinées. Son regard sur quarante ans de politique spatiale rompt quelque peu avec l’hagiographie habituelle et avec la pensée unique qui a longtemps imprégné ce microcosme. Il est vrai que le politiquement correct en la matière a sensiblement évolué depuis dix ans, aux États-Unis comme en Europe, et que Claude Allègre, ministre français de la Recherche alors, en affichant clairement ses réserves vis-à-vis des vols habités, a lui-même brisé un tabou. Les changements géopolitiques, l’évolution technologique et la montée en puissance des forces de marché, survenus depuis dix ans, obligeaient de toutes façons à revoir la copie.

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.