Revue

Revue

Bibliographie n° 163

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 163, mars 1992

L’espace de la télécommunication aboutit au rêve. Celui d’un monde sans frontières. Paradoxe cruel : il naît de la guerre et se développe grâce à elle. On l’oublie trop et Armand Mattelart consacre les 140 premières pages de son livre à le rappeler. Le télégraphe à bras de Claude Chappe, approuvé par la Convention, est installé entre Paris et Lille en 1793 car le pays a besoin de faire communiquer ses armées. Le système Morse a comme premiers clients les chemins de fer, mais c’est seulement en 1852 que l’usage du télégraphe électrique sera enfin autorisé en France pour le public avec de nombreuses restrictions (peur des complots et des spéculations illicites). La guerre de Crimée, la guerre de Sécession aux Etats-Unis, dopent la construction des réseaux. En 1865 apparaît la première institution mondiale de l’ère moderne : l’Union télégraphique internationale. Le téléphone naît l’année suivante. C’est lors du débarquement des marines à Cuba en 1898 que fut filmée pour la première fois une intervention militaire. Mais lorsqu’un envoyé spécial de Hearst demande à rentrer en télégraphiant que tout est calme à La Havane, son patron lui câble la fameuse réponse : « Vous prie de rester. Fournissez illustrations, je fournirai la guerre ». Déjà la conscience du pouvoir illimité des médias !

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.