Revue

Revue

Visions. Comment la science va révolutionner le XXIe siècle

Analyse de livre

KAKU Michio, « Visions. Comment la science va révolutionner le XXIe siècle », Albin Michel, 1999, 1 p.

Les « Visions » que nous propose Michio Kaku se fondent sur une extrapolation des avancées que connaissent trois grands domaines : l’informatique, les biotechnologies et les théories quantiques. Ces domaines ne sont pas de même nature ; la physique quantique, qui est le plus ancien, fournit le fondement conceptuel sur lequel repose la compréhension de la matière ; l’intelligence des bases moléculaires de la vie s’est édifiée sur cette physique. Quant à l’informatique qui repose sur un substrat technologique dont la clé a été fournie par la physique quantique, elle n’est pas une science mais une technique de manipulation de l’information, un savoir faire à vocation universelle.
Il n’est pas illégitime de considérer qu’à échéance d’une vingtaine d’années – et pourvu que rien d’intrinsèquement imprévisible ne survienne dans le champ des connaissances fondamentales – ces trois domaines et leur synergie domineront la relation entre la société et le système technique. Il n’est donc pas injustifié de tenter une extrapolation. C’est l’avenir en trois leçons que nous propose l’auteur.

#Biotechnologie #Informatique #Science

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.