Revue

Revue

Un précurseur de la dystopie : Jerome K. Jerome. Une parodie du rêve égalitaire

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 294, fév. 2004

Pour beaucoup de Français, le nom de Jerome K. Jerome (1859-1927) évoque uniquement l’auteur de ce petit chef-d’oeuvre d’humour anglais intitulé Trois Hommes dans un bateau (1889). Résumant la carrière de cet écrivain, le Dictionnaire des littératures de P. van Tieghem écrit fort justement qu' » il fit preuve d’un certain génie pour décrire le côté amusant de la vie « . Mais, de même qu’un autre humoriste d’outre-Manche, P.G. Wodehouse, a parodié avant 1914 les histoires d’espions allemands avec lesquelles les Anglais jouaient à se faire peur, J.K. Jerome a eu l’idée insolite de parodier le côté (peu) amusant des romans utopiques de son époque, en réalisant du même coup l’exploit d’anticiper avec une troublante prescience le thème de fond de tout un genre littéraire encore inexistant : la dystopie ou utopie négative.
Selon l’Encyclopédie de l’utopie et de la science-fiction de Pierre Versins, cette étrange parodie que le professeur Beauchamp nous fait découvrir a été traduite en français en 1934 dans une revue belge (sous le titre :  » La nouvelle utopie ou le monde en l’an 3000 « ), puis en 1938 sous forme de brochure (sous le titre : Ah ! le beau rêve…), mais il n’a pas été possible de retrouver leur trace.

#Rétroprospective #Science-fiction #Utopie

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.