Revue

Revue

Reviving the Ocean Economy: The Case for Action-2015

Analyse de rapport

HOEGH-GULDBERG Ove, « Reviving the Ocean Economy: The Case for Action-2015 », WWF, avril 2015, 60 p.

Voir cette publication

Réalisé par le WWF en association avec le Global Change Institute de l’université de Queensland et le Boston Consulting Group, ce rapport adopte une perspective financière sur la contribution des océans à l’économie mondiale. D’une valeur globale estimée à 24 000 milliards de dollars US (incomparablement plus importante que celle des actifs gérés par les fonds souverains les plus riches), les océans contribuent chaque année pour 2 500 milliards de dollars US au produit intérieur brut mondial – ce qui en ferait la septième économie du monde. Ils constituent cependant un actif en pleine dégradation, d’autant que 70 % de leur valeur économique dépendent de leur bonne santé.

Les océans sont cruciaux pour assurer la sécurité alimentaire mondiale ; trois milliards d’êtres humains en dépendent pour au moins 20 % de leur consommation : l’industrie de la pêche est estimée à au moins 2 900 milliards de dollars US. Il faut ajouter à cela les services écosystémiques rendus par les mangroves (protection des lignes de côtes contre les inondations et les cyclones) ou par les barrières de corail (le tourisme maritime et côtier représente par exemple plus d&r...

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.