Revue

Revue

Plus d’autoconsommation d’électricité dans le logement ?

En France, environ 300 000 logements sont équipés de panneaux solaires photovoltaïques, soit à peine 1 % des ménages, mais leur nombre augmente régulièrement [1]. Le marché a notamment été dynamisé par les tarifs de rachat attractifs de l’électricité par EDF (Électricité de France) : 95 % des installations réinjectent leur production dans le réseau national [2].

L’autoconsommation est donc pour l’instant une pratique minoritaire en France [3], contrairement à d’autres pays comme l’Allemagne ou les États-Unis [4]. Plusieurs facteurs pourraient changer la donne dans l’Hexagone au cours des prochaines années.

En premier lieu, le prix de rachat de l’électricité par EDF a été divisé par deux en cinq ans, et n’est plus que de 0,25 euro par kilowattheure (kWh) en 2016 pour les particuliers [5], soit 10 centimes de plus que le prix de vente moyen qui, lui, est en hausse régulière.

Parallèlement, le principe de l’autoconsommation semble faire son chemin dans l’opinion publique : définie comme le fait de consommer tout ou partie de l’énergie que l’on produit, elle intéresse 9 Français sur 10 selon une enquête OpinionWay citée par EDF [6].

Mais, outre le faible prix du kWh sur le réseau qui incite à acheter celui-ci plutôt que le produire, l’un des freins à l’autoconsommation est l’inadéquation entre les moments où l’électricité est produite et ceux où les occupants du logement en ont effectivement besoin. La possibilité de stocker l’électricité est donc cruciale, et le potentiel de ce marché commence à être compris par les industriels, notamment de la filière automobile, qui espèrent ainsi mieux rentabiliser leurs batteries.

En 2015, Tesla, pionnier dans le domaine des batteries de voitures électriques, a annoncé le lancement de sa batterie domestique Powerwall, qui peut être alimentée par des panneaux solaires ou par le réseau électrique, et délivrer son électricité en heures creuses [7]. D’une capacité de 7 kWh et d’un coût de 3 000 dollars US, elle est constituée de dizaines de batteries lithium-ion et d’un logiciel de pilotage. Tesla vante le fait que ces batteries « permettent même de quitter le réseau de votre fournisseur », en devenant autosuffisant en électricité. Le groupe s’est fixé pour objectif que ce marché représente bientôt la...

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.