Revue

Revue

Les Russes et les valeurs démocratiques

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 322, sept. 2006

Un peu plus de 15 ans après la dislocation de l’Union soviétique, où en est la société russe ? Quelles sont les valeurs idéologiques, politiques et sociales qui l’animent ?
Léonid Sédov, sociologue attaché à l’un des (rares) instituts de sondage indépendants de Russie (le centre Youri Lévada), analyse ici les grandes évolutions du système de valeurs des Russes observées ces dernières années. Il montre ainsi combien les idéologies fortes et les
hommes de pouvoir ont une place essentielle aux yeux de l’opinion publique, celle-ci s’étant repliée, au fil des années et en particulier depuis l’ère Poutine, sur des positions patriotiques nostalgiques et la sujétion à un pouvoir fort.
Outre les tendances politiques et idéologiques des Russes, l’auteur décrypte l’évolution des valeurs dites de tolérance en examinant les tendances de l’opinion à l’égard des préférences sexuelles et des étrangers présents sur le sol russe. Il souligne ainsi le développement de l’homophobie et l’hostilité croissante envers les immigrés, deux tendances plus ou moins marquées selon l’âge, le lieu d’habitation et le niveau d’éducation des individus, mais qui confirment néanmoins le déficit important de valeurs libérales (au sens politique du terme) et démocratiques en Russie.

#Russie #Système de valeurs

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.