Revue

Revue

Le défi de la rénovation énergétique des bâtiments en France

En 30 ans, la consommation énergétique du parc de logements a fortement augmenté, sous l’effet, notamment, de l’augmentation du parc de logements, de leur taille, du niveau de confort et de l’apparition de nouveaux besoins. Elle aurait cependant commencé à diminuer depuis quelques années. Le chauffage reste le premier poste de consommation des logements (plus de 60 % en énergie primaire), suivi par l’électricité (hors chauffage), l’eau chaude sanitaire et la cuisson des aliments.

À l’horizon 2020, le Grenelle de l’environnement fixe comme objectif une diminution de la consommation d’énergie des bâtiments existants d’au moins 38 % par rapport à 2008.

Selon l’ANAH (Agence nationale de l’habitat), les logements français consomment, en moyenne, 274 kWh/m2/an, alors que le Grenelle de l’environnement a fixé comme objectif de faire passer l’ensemble du parc sous la barre des 50 kwh/m2/an à l’horizon 2050.

Ces objectifs sont-ils réalisables ? Si la prise de conscience semble s’installer au sein de la population française, elle ne doit pas faire oublier les nombreux obstacles qui freinent toujours la rénovation du parc de logements.

——————–
Si vous êtes membre partenaire de Futuribles, vous pouvez télécharger cette analyse en haut de votre écran (après vous être connecté).

#Énergie #France #Industrie de la construction

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.