Revue

Revue

La souveraineté à l’ère du numérique

en

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 434, jan.-fev. 2020

L’économie mondiale est aujourd’hui largement tirée par les entreprises du numérique, dont les plus grandes (Apple, Facebook, Amazon, Baidu, Tencent…) sont américaines ou chinoises. Ces entreprises ont pour beaucoup commencé « petit » et ont pu grossir jusqu’à devenir des leaders, très souvent grâce au soutien de l’État dont elles dépendaient. Car même si l’économie est très mondialisée, la souveraineté économique conserve un rôle majeur et le secteur du numérique n’y échappe pas.

Pourtant, l’Europe et en particulier la France semblent peiner à prendre la mesure du rôle de la puissance publique dans le soutien aux jeunes entreprises du secteur – les start-ups, les licornes… Ce manque de soutien constitue une erreur stratégique majeure selon André-Yves Portnoff, qui rappelle ici l’importance des petites et moyennes entreprises innovantes dans l’économie d’un pays, et plaide pour un soutien actif des pouvoirs publics pour les aider à croître et changer d’échelle. Récemment, des signes encourageants semblent aller en ce sens ; il faut les confirmer, voire aller plus loin encore comme l’encourage ici André-Yves Portnoff.

#Compétitivité #Entreprises #Souveraineté #Technologie de l’information #Union européenne

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.