Tribune, Revue futuribles n° 445

Recherche, sciences, techniques - Santé - Société, modes de vie

Elon Musk, le singe et les trois cochons. Une fable transhumaniste ?

Par

Dans une vidéo postée en avril puis lors d’une conférence tenue fin août 2021, le milliardaire Elon Musk, dont on ne cesse de commenter les exploits et projets futuristes (SpaceX, Tesla…), présentait les avancées de sa start-up spécialisée dans les neurotechnologies, Neuralink. Il s’agissait de mettre en avant les progrès de l’interface cerveau-machine développée par Neuralink, par le biais en particulier d’un implant cérébral considérablement miniaturisé. Comme le montre ici Philippe Menei, la technologie en soi n’est pas particulièrement nouvelle, mais sa miniaturisation pourrait ouvrir de nouvelles perspectives et les objectifs affichés par Elon Musk — à savoir en faire une technologie grand public implantable et « explantable » à l’envi, susceptible par exemple de devenir un « accessoire » complémentaire de jeux vidéo — posent question. De technologies initialement dédiées à la résolution de problèmes médicaux spécifiques (handicaps moteurs ou sensoriels), on passerait à des implants de grande consommation quasi « démédicalisés » et flirtant dangereusement avec le transhumanisme. Cette tribune constitue une alerte contre les risques de plus en plus manifestes de basculement de l’« humain réparé » à l’« humain augmenté ».