Revue futuribles n° 422

Économie, emploi - Société, modes de vie

L’essor des inégalités aux États-Unis. À propos des livres “The Sum of Small Things”, d’Elizabeth Currid-Halkett, et “Dream Hoarders”, de Richard Reeves?

Par

Dix ans après le début de la crise économique déclenchée par l’affaire des subprimes, l’économie mondiale est repartie, mais les inégalités de revenus ne se réduisent pas. Ainsi la Banque mondiale reconnaissait-elle, fin 2016, que les inégalités au sein des pays développés sont plus élevées aujourd’hui qu’il y a 25 ans et qu’elles tiennent notamment à la croissance vertigineuse des revenus dans le haut de l’échelle : le « 1 % » des plus riches a par exemple vu sa part dans le revenu national doubler depuis les années 1980 aux États-Unis, passant de 9 % à 18 %. Au-delà de ce « 1 % », deux ouvrages récemment parus aux États-Unis montrent que c’est la classe moyenne supérieure (soit les 10 % à 20 % les plus riches) qui, dans ce pays, tire son épingle du jeu et contribue à l’accroissement des inégalités. Charles du Granrut a lu ces deux livres (The Sum of Small Things, d’Elizabeth Currid-Halkett, et Dream Hoarders, de Richard V. Reeves) pour Futuribles et en présente ici les principaux enseignements. Il indique quelles sont les caractéristiques de cette classe moyenne supérieure, souligne notamment le caractère multidimensionnel des inégalités et la détermination de cette élite à défendre sa position et à la pérenniser pour ses descendants. Autant d’évolutions à suivre et dont il faut tenir compte dans le contexte de ressentiment croissant dont les élites sont aujourd’hui l’objet, aux États-Unis, mais aussi en Europe.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner