Revue futuribles n° 408

Entreprises, travail - Recherche, sciences, techniques

Les entreprises privées américaines à la conquête de l’espace

La conquête de l’espace, depuis ses débuts, a toujours été le résultat d’une compétition entre États, au premier rang desquels les États-Unis, l’URSS puis la Russie, la France…, et, en tant que telle, financée sur fonds publics (principalement issus des budgets de défense). Mais avec la fin de la guerre froide et dans le contexte de crises économiques répétées et durables, les investissements publics dans ce domaine ne constituent plus une priorité des États leaders du secteur (à l’exception peut-être de la Chine, plus récemment venue sur ce terrain). Pourtant, la conquête spatiale continue de faire rêver et l’on assiste à un phénomène nouveau depuis quelques années : l’arrivée d’acteurs du secteur privé, et en particulier du numérique, décidés à investir dans l’espace afin notamment de le rendre accessible à un plus large public. Ce mouvement visant au développement d’un secteur spatial privé s’est donné pour nom le « NewSpace ». Reposant sur des acteurs fortunés et motivés par les perspectives d’une « démocratisation » du spatial, mais aussi par les différents enjeux en lien avec la maîtrise des technologies concernées (satellites, communications, géolocalisation…), le NewSpace pourrait bien, comme le montre cet article, bouleverser sensiblement le secteur et les jeux d’acteurs.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner