Revue futuribles n° 383

Recherche, sciences, techniques - Ressources naturelles, énergie, environnement - Société, modes de vie

Une expérience d'interaction science / société. Consolider la recherche en s’appuyant sur les savoirs profanes, la complexité et l’engagement sur le temps long

Objet de controverse majeure, les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont devenus, pour une grande partie de l’opinion publique française, le point de focalisation d’un rejet de la manipulation du vivant et d’un certain modèle agricole. Pourtant, les OGM peuvent, du point de vue de la recherche, constituer un moyen efficace pour accéder à la connaissance du vivant et à l’étude de ses interactions avec l’environnement. Dans ce domaine, comme pour beaucoup d’innovations technologiques, l’émergence de controverses entre science et société souligne l’importance qu’il y a à associer le plus grand nombre de citoyens aux décisions, et la nécessaire amélioration des processus participatifs à même d’y contribuer. À cet égard, l’expérience à laquelle ont participé Anne Moneyron, Olivier Lemaire et Jean E. Masson, dans le cadre de la mise en place d’un essai en champ de porte-greffes OGM de vigne, témoigne de la richesse qui peut émerger de la construction concertée d’un projet de cet ordre.

En effet, pour réaliser cet essai en tenant compte des réactions de la société, la direction générale de l’INRA a mis en place, suite aux recommandations d’une évaluation technologique interactive, un Comité local de suivi (CLS). Ce CLS a associé la plupart des parties prenantes (acteurs de la viticulture et du syndicalisme agricole, associations de défense de la nature et de consommateurs, enseignants, représentants de l’État pour le développement agricole ou la sécurité sanitaire, vignerons indépendants) qui, pendant huit années de travail et dans un contexte de rejet maximisé par la symbolique du sujet, ont collectivement conçu leur propre format de débat science / société. Le programme de recherche-action qui en a découlé a permis de repenser le projet initial, et de produire plus de recherche parce que fondée sur un questionnement plus complexe et légitimant tous les acteurs. Preuve s’il en fallait qu’un dialogue science / société est possible, même sur un sujet aussi controversé que celui des OGM…

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner