Revue futuribles n° 383

Recherche, sciences, techniques - Ressources naturelles, énergie, environnement

Les biotechnologies végétales à l'horizon 2030

Par

Spécialiste des biotechnologies appliquées au domaine végétal, David Sawaya présente ici les grandes tendances d’évolution possible de ce secteur à l’horizon 2030. Il rappelle tout d’abord les tendances globales de l’agriculture mondiale, à commencer par la hausse de la demande de produits agricoles, liée à la croissance démographique, à l’augmentation des revenus moyens et au développement de produits, tels les biocarburants, issus de ressources agricoles. Pour y répondre, deux options sont possibles, selon l’auteur : augmenter les surfaces cultivables, mais les marges de manœuvre vont plutôt se réduisant ; ou augmenter les rendements, notamment grâce aux progrès dans les biotechnologies végétales, à la fois transgéniques et non transgéniques.

Après un rappel de la situation en matière de cultures de plantes génétiquement modifiées (PGM) dans le monde, David Sawaya présente les perspectives d’évolution des cultures GM, compte tenu des données existantes. Il précise également les tendances relatives aux caractères les plus recherchés en biotechnologies végétales, montrant que les caractères de première génération (résistance aux herbicides ou aux ravageurs) tendent à laisser place à des caractères de deuxième génération de nature agronomique (résistance à différents stress, meilleur rendement). Il souligne le rôle accru des pays en développement en matière de production GM mais aussi de recherche en biotechnologie végétale, qui pourrait se renforcer à l’avenir. Il précise enfin l’importance des biotechnologies non transgéniques dans l’amélioration des espèces végétales.

En dépit des facteurs susceptibles de freiner le développement des biotechnologies végétales — concentration des entreprises du secteur autour de multinationales focalisées sur les grandes cultures, au détriment des petites entreprises semencières susceptibles de développer des innovations sur des espèces moins répandues ; opinion publique très réticente —, il estime, en conclusion, qu’à l’horizon 2030, sinon 2015 pour les espèces les plus cultivées, rares seront les plantes destinées à une culture commerciale qui n’auront pas fait l’objet d’une intervention biotechnologique.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner