Revue futuribles n° 365

Économie, emploi - Institutions - Population

Les systèmes de retraite en Europe

Par

Arnaud d’Yvoire brosse ici un panorama des systèmes de retraite en vigueur en Europe en rappelant, bien évidemment, la philosophie qui a présidé à leur développement. Ainsi distingue-t-il opportunément trois grands modèles qui, certes, ont évolué au fil du temps :
— Les systèmes de retraite d’inspiration bismarckienne, fondés sur le principe des assurances sociales. Ils sont donc organisés dans un cadre professionnel, gérés par les partenaires sociaux, dont les financements reposent essentiellement sur les cotisations des employeurs et des salariés et où les droits à pension sont intimement liés à la durée desdites cotisations et au montant des rémunérations. Tel est le cas en particulier en Allemagne, en Italie, en Grèce et en France.
— Les systèmes de retraite d’inspiration beveridgienne, qui dépendent essentiellement de l’État. Ils sont au départ dépourvus de lien avec l’activité professionnelle et assurent aux retraités une pension de base à laquelle peut être adjoint des régimes complémentaires reposant sur le principe de la capitalisation (les fonds de pension).
— Les systèmes de retraite promus par la Banque mondiale dans les pays d’Europe de l’Est à l’issue de l’éclatement de l’empire soviétique, qui comportent trois étage, dont deux obligatoires : une pension de base de type bismarckien gérée en répartition et un deuxième étage géré en capitalisation.
L’auteur, toutefois, ne manque pas de souligner que tous ces systèmes ont été amenés à évoluer et ne correspondent plus au modèle pur qui a présidé à leur établissement. Au demeurant, il souligne le fait que, dans tous les pays, certes à des dates différentes et avec plus ou moins d’anticipation, des réformes ont été engagées, qui visent toutes à freiner la hausse des dépenses liée aux pensions de retraite, en recourant notamment à deux mesures : l’allongement de la durée d’activité professionnelle et l’épargne pour compenser la baisse relative des pensions de base. Ainsi montre-t-il que certains pays ont, de manière beaucoup plus anticipée que d’autres, pris les dispositions nécessaires pour faire face à l’inéluctable vieillissement de la population et à l’accroissement des dépenses de retraite. Il montre aussi que, si aucun d’entre eux n’a trouvé de divine solution, chacun a essayé avec plus ou moins d’anticipation de s’adapter à une nouvelle donne qui était aisément prévisible.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner