Revue futuribles n° 361

Géopolitique - Ressources naturelles, énergie, environnement

Payer pour les forêts tropicales ? Vers un régime international des forêts fondé sur leur conservation rémunérée

Par

La couverture forestière de la Terre, de cinq milliards d'hectares au début du XXe siècle, représente aujourd’hui moins de quatre milliards d’hectares. Depuis les années 1990, 13 millions d’hectares de forêts tropicales disparaissent chaque année dans le monde, ce qui constitue un recul de 3 % de cet écosystème tous les 10 ans.
La déforestation — dont les causes (économiques, agricoles, démographiques, culturelles) sont multiples, rappelle ici Alain Karsenty — a de lourdes conséquences au niveau tant local que mondial. Elle met en péril la biodiversité, détruit les sols et les rend improductifs, affecte le cycle de l’eau. De plus, elle demeure l’un des principaux facteurs du réchauffement climatique ; la végétation et les sols des forêts stockant des quantités importantes de carbone, leur destruction constitue une source majeure d’émission de CO2.
En vue de limiter la perte et la dégradation de cet écosystème, les politiques de conservation et de lutte contre la déforestation se succèdent depuis les années 1980. Mais leurs résultats restent mitigés, note Alain Karsenty. Dans ce contexte, l’auteur, après une description de ces différentes politiques, concertées au niveau mondial, et des raisons de leur manque d’efficacité, évoque la perspective d’un nouveau régime international, « organisé autour du principe de la conservation rémunérée des forêts tropicales » et dans lequel la crédibilité des États sera déterminante. Un régime fondamentalement différent, souligne-t-il, « du fait que son centre de gravité n’est plus dans les politiques forestières, mais bien dans les politiques qui affectent les forêts ».

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner