Tribune européenne, Revue futuribles n° 352

Institutions - Société, modes de vie

Parlement européen : une France trop en retrait

Le 7 juin 2009, les Français, comme les autres citoyens européens au cours du même mois, seront appelés aux urnes pour élire leurs "eurodéputés", c'est-à-dire leurs représentants directs au Parlement européen pour les cinq ans à venir. Il y a fort à craindre que leur taux de participation reste très faible et / ou que leur vote soit influencé par des enjeux plus nationaux qu'européens.
Ce manque d'intérêt pour les élections européennes résulte, comme le montre ici Jean-François Drevet, de l'attitude générale des hommes politiques français qui ne sollicitent pas en masse le mandat d'euro_député ou qui, lorsqu'ils sont élus au Parlement européen, ne s'impliquent pas ou trop peu dans leurs activités parlementaires. Cela résulte aussi du défaut d'information cruel constaté dans les médias français concernant l'actualité politique européenne. Comme le démontre cette tribune, c'est très regrettable car cela concourt à restreindre un peu plus l'influence de la France dans les institutions et décisions de l'Union européenne ; et ça l'est d'autant plus que le Parlement européen est en passe de voir ses pouvoirs se renforcer. Le temps semble venu d'aborder ces élections autrement, mais cela implique que les candidats comme les médias jouent le jeu?

À lire également

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner