Futurs d'antan, Revue futuribles n° 351

Recherche, sciences, techniques

La science et l'industrie en l'an 2000 (1894)

Par

Au monde moderne qui émerge à la fin du XIXe siècle était associée une vision très optimiste du progrès que la science et la technique devaient apporter à l'humanité. Les découvertes de la chimie organique permettaient de faire la synthèse de produits nouveaux (colorants, médicaments, etc.), l'électricité distribuée dans les villes apportait l'éclairage et le début d'un certain confort (on parlera de "la fée électricité" lors de l'Exposition universelle de Paris en 1900), l'automobile faisait son apparition, et le télégraphe et le téléphone allaient permettre de communiquer à très longue distance. Dans les décennies qui précédent la Première Guerre mondiale, le développement de l'éducation et de l'université en France sera un grand objectif de la Troisième République, destiné à asseoir l'autorité républicaine mais aussi à rattraper le retard scientifique pris sur l'Allemagne.
Cette capacité de la science et de la technique à assurer le bonheur de l'humanité était souvent au centre des banquets républicains qu'affectionnaient les personnalités de la République. Le chimiste Marcelin Berthelot, universitaire reconnu par ses travaux et personnage influent, qui cumulait les rôles de savant et d'homme politique - rôles dont Max Weber montra un peu plus tard qu'ils obéissent à des éthiques différentes - ne dérogeait pas à cette tradition. Dans ce discours consacré à l'an 2000, prononcé lors du banquet de la Chambre syndicale française des produits chimiques en 1894, Berthelot se livre à un bref exercice de prospective : il y fait part de sa foi dans un avenir que préparaient les découvertes de la science, et en particulier de la chimie, et "l'alliance de la science et de l'industrie" (un thème que l'on retrouvera, aux intonations près, plus d'un siècle plus tard ; une alliance qui était en grande partie réalisée en Allemagne à l'époque, on l'oublie souvent). Ce discours, comme on peut en juger, est un véritable programme pour l'avenir, teinté d'un grand optimisme.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner