Revue futuribles n° 299

Économie, emploi - Entreprises, travail - Géopolitique

Productivité : les États-Unis distancent l'Europe

En 2002, le PIB (produit intérieur brut) par habitant de la France et de l'Union européenne était inférieur d'environ 25 % à celui des États-Unis. Le PIB par habitant est lié à plusieurs facteurs : la productivité horaire, la durée moyenne du travail et le taux d'emploi. Or, si la productivité horaire en France est très forte, en revanche la durée du travail et le taux d'emploi sont plus faibles...
Cette explication ne résiste pas à l'analyse, affirme l'auteur, car " les rendements de la durée du travail seraient globalement décroissants ", ceux de la 36e heure comparés à la ceux de la 35e heure ; tout comme ceux du taux d'emploi, a fortiori pour les jeunes et les plus de 55 ans dont le taux d'emploi, en Europe et surtout en France, est spécialement faible. Gilbert Cette explicite ici cette affirmation, notamment à l'aide d'une comparaison qu'il établit entre la productivité horaire " observée " et la productivité horaire " structurelle " qui est nettement supérieure aux États-Unis, comparé à l'Europe et au Japon.
Il montre, en définitive, que si la productivité a accéléré là-bas et ralenti ici, c'est essentiellement en raison du développement et, surtout, de la diffusion des technologies de l'information et de la communication. Mais, pour que leur effet d'entraînement soit optimal, il faudrait associer aux investissements indispensables en la matière une certaine flexibilisation sur le marché des biens et du travail.
Une question majeure n'en reste pas moins posée implicitement par cet article : celle de l'arbitrage entre la productivité et l'emploi qui renvoie, à mon sens, à un vrai choix de société.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner