Revue futuribles n° 281

Entreprises, travail - Géopolitique - Recherche, sciences, techniques

Recherche et défense aux États-Unis. Les valeurs traditionnelles survivront-elles ?

Par

Eugene B. Skolnikoff est l'un des meilleurs observateurs de l'histoire et de l'évolution de la politique scientifique des États-Unis depuis la Deuxième Guerre mondiale, en particulier du point de vue de leurs relations internationales, auxquelles il a consacré sa thèse de doctorat. Il en a été aussi l'un des acteurs majeurs en tant que conseiller du Président américain et consultant de plusieurs institutions américaines.
Le discours ici repris fait suite aux attentats du 11 septembre 2001 et aux mesures antiterroristes prises par l'administration Bush. Il constitue, avant tout, une mise en garde contre les dérives que ces mesures peuvent entraîner du point de vue des libertés universitaires : rétention de l'information, contrôle de l'accès des étudiants étrangers aux laboratoires américains, embargo sur la publication des résultats de recherche jugés - à tort ou à raison - sensibles par le Pentagone, etc. À terme, ce qui a fait la force exceptionnelle du système américain de recherche, en raison même de son ouverture et de sa capacité d'accueil des talents étrangers, pourrait tout simplement être compromis.
Les universités américaines n'ont pas oublié le traumatisme de la période maccarthyste de " chasse aux sorcières ", entraînant jusqu'à l'obligation d'un serment patriotique auquel la plupart d'entre elles se sont résolument opposées. Les nouvelles menaces liées à l'après-11 septembre rendent assurément légitime le secret imposé aux recherches classées " secret-défense " mais, dès lors, celles-ci doivent-elles être poursuivies sur les campus universitaires plutôt que dans les enceintes liées au Pentagone ? Les dispositions imposées par le Patriot Act, adopté récemment par le Congrès pour relever les défis du terrorisme, sont-elles compatibles avec les principes et les valeurs de la recherche universitaire ?
Eugene B. Skolnikoff souligne que la situation est bien plus délicate que du temps de la guerre froide. L'affrontement est inévitable entre, d'un côté, la libre pratique de la recherche, l'accès aux informations, le partage des résultats, l'ouverture sur l'étranger et, de l'autre, les efforts menés par le gouvernement pour ériger des barrières autour du savoir et instituer des mesures discriminatoires à l'encontre des étudiants en fonction de leur nationalité.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner