Revue futuribles n° 278

Recherche, sciences, techniques

La loi de Moore : quelles limites ?

Par

Énoncée en 1965 par Gordon Moore, la " loi " qui porte son nom entend rendre compte et prédire le doublement de la densité des composants tous les 18 mois ou, pour le dire autrement, le doublement tous les 18 mois du nombre de transistors gravés sur un même circuit intégré et, donc, de la puissance de celui-ci.
Nous avons en effet observé, depuis la mise au point du premier microprocesseur (1971), que les progrès réalisés en matière d'encombrement et de puissance étaient conformes à cette loi. Doit-on pour autant la juger pérenne ? Peut-on sérieusement considérer qu'il s'agit d'une tendance lourde qui devrait se vérifier à plus ou moins long terme sans qu'elle rencontre, tôt ou tard, des limites ?
Jean-Paul Colin nous montre ici que les progrès enregistrés dans la miniaturisation des microprocesseurs ne sauraient se poursuivre indéfiniment, au même rythme et dans le même sens. D'abord pour des raisons tenant à la physique du solide et au fait qu'au-delà d'un certain seuil, qui devrait être atteint d'ici 12 ans, le transistor, pas plus grand que deux ou trois atomes de silicium, ne serait plus à même d'opérer suivant la logique binaire sur laquelle repose son fonctionnement actuel.
L'auteur précise, en outre, que les progrès dépendent d'une multitude de facteurs autres que la seule physique du silicium : ils buteront, d'ici une demi-douzaine d'années, sur des limites tenant à l'architecture système, à la complexité de la conception, aux conditions indispensables à la production de masse et aux tests de qualité et de sécurité (qui exigeraient un temps supérieur à l'âge du système solaire...).
Mais le facteur limitant le plus important, souligne Jean-Paul Colin, proviendra sans doute des coûts exorbitants des investissements qu'il faudrait faire pour surmonter ou repousser ces limites... Ainsi l'auteur conclut-il qu'on ne saurait prolonger la tendance et que l'industrie des composants électriques risque d'entrer, d'ici une demi-douzaine d'années, dans une ère de fortes turbulences.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner