Editorial, Revue futuribles n° 246

Du no future à l'Europe de demain

Par

Tous ceux qui ont la chance de voyager un peu ne peuvent qu'être frappés de voir qu'en Europe — en Europe particulièrement — l'avenir est synonyme de crainte plus que d'espoir. Tandis qu'ailleurs, ceux que j'ai pu rencontrer, au Sud comme au Nord, à l'est comme à l'Ouest, quel que soit aujourd'hui leur sort — on le sait très inégal —forment des projets, projettent dans le futur des rêves peut-être insensés ; ici, en Europe, le futur semble bouché. Bien sûr, partout et de tout temps, il y a eu des êtres désespérés et d'autres qui, quelles que soient les circonstances, trouvaient le moyen d'être heureux. Mais, au-delà de ces États d'âme personnels, ce sont aujourd'hui des sociétés entières qui, en Europe et peut-être plus encore en France, me semblent perdre pied. Seraient-elles trop riches ? Seraient-elles trop vieilles ? D'où vient cette langueur, ce sentiment largement partagé du no future ?

À lire également

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner