Editorial, Revue futuribles n° 212

L'avenir à reculons

Par

A chacun ses rites. En France, à mesure qu'approche le mois de septembre, l'usage est de s'inquiéter — ou de brandir la menace — d'une « rentrée chaude », d'un automne troublé par les manifestations ou les grèves de différentes catégories sociales qui entendent ainsi exprimer leur mécontentement : les transporteurs aériens et les cheminots, les postiers, les instituteurs... paradoxalement, en vérité, une majorité de fonctionnaires et assimilés qui ont l'immense avantage de disposer encore de privilèges de moins en moins répandus dans le secteur privé.