Revue futuribles n° 190

Entreprises, travail - Population

L'avenir de la population mondiale. Quand les perspectives officielles se trompent lourdement

Par

Les projections sont éminemment dépendantes des hypothèses de base et n'ont donc de valeur que si ces dernières sont bien choisies. Or, les projections démographiques à moyen et à long terme des Nations Unies - qui font généralement autorité parmi les experts - reposent sur des hypothèses fort discutables et dont Georges Mathews conteste ici fortement la pertinence.
En particulier, les Nations Unies, dans leur projection - généralement admise comme la plus probable - prennent comme hypothèse que les niveaux de fécondité au Nord comme au Sud vont progressivement converger vers le chiffre de 2,1.
Or, cette hypothèse est contestable : la fécondité dans les pays industrialisés est dès à présent bien en deçà et il n'y a pas de raison qu'elle remonte ; la transition démographique au Sud s'effectue à une cadence et avec une ampleur telle que la fécondité sera sans doute bien inférieure à ce qui est généralement estimé. En conséquence, "il n'y aura pas 8,5 milliards d'humains sur la terre en 2025, il y en aura beaucoup moins".
Cette thèse, peut-être discutable, a le mérite d'engager le débat sur les hypothèses souvent incertaines qui sous-tendent bon nombre de projections.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner