Forum, Revue futuribles n° 149

Institutions

Pour une perestroïka japonaise

Par

Les hautes performances économiques du Japon masquent peut-être encore en Occident les problèmes structurels profonds dont souffre le pays, son impuissance politique aux plans national et international.
L'analyse de Nakatani Iwao est sans complaisance. Il montre ici que si le Japon possède une économie de premier plan, ses dirigeants - tout occupés à leur petit jeu de politique intérieure et paralysé par les corporatismes - sont incapables d'adopter une politique qui soit réellement à la hauteur des défis auxquels se trouve confrontée la société japonaise et, a fortiori, d'exercer les responsabilités internationales, qu'ils devraient prendre logiquement...
L'incapacité des Japonais à réaliser la réforme des systèmes fiscal, financier et foncier, qui est pourtant indispensable tant pour des raisons intérieures qu'extérieurs, témoigne bien, selon M. Iwao, de la paralysie du processus japonais de décision par le jeu des groupes d'intérêt et des droits acquis, de l'incapacité des gouvernants à élaborer et mettre en pratique une politique autour d'un minimum de priorité nationale.
Il est en conséquence urgent, souligne enfin l'auteur, de " démanteler les fiefs administratifs ", de mettre fin au pantouflage et aux chasses gardées, de procéder à une réforme sérieuse des institutions publiques.
Les lecteurs de Futuribles feront le rapprochement entre cet article et celui de G. Calvi (" Italie : une société sans État ? ", p. 3), l'un et l'autre soulignant l'archaïsme et la paralysie des institutions publiques, qui ne sont assurément pas le propre, ni du Japon, ni de l'Italie...

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner