Forum, Revue futuribles n° 148

Institutions

La politique sans finalité

Par

Nous avons à plusieurs reprises évoqué dans Futuribles le repli du politique sur de strictes fonctions de gestion, voire critiqué la primauté accordée aux outils et le peu d'attention apporté aux finalités. La compétitivité, la modernisation - pour ne reprendre ici que deux mots d'ordre bien actuels - ne sont-ils pas que des moyens (dont la pertinence n'est d'ailleurs pas contestée), l'objectif, quant à lui, n'étant toutefois guère précisé ?
Cette dérive interpelle le prospectiviste car, au fond, tout se passe comme si le politique avait perdu le sens de la durée - composante essentielle du projet - et s'était retranché derrière l'argument d'imprévisibilité pour s'abstenir d'opérer d'autres choix que ceux que commandent au jour le jour les événements, choix face auxquels la latitude stratégique des acteurs et pour l'essentiel réduite à néant.
D'où peut-être l'impuissance politique que dénonce ici Nicolas Tenzer dans un article au travers duquel il démontre que la désaffection des citoyens vis-à-vis du politique résulte de la dépolitisation de la classe politique elle-même et de son incapacité à poser les vraies questions (peut-être parce qu'elles dérangent et sont source de conflits) est à s'engager sur de réels projets.
Vrai débat ou fausse question ? Étrange nostalgie des pouvoirs forts d'antan ou simple inquiétude face à l'angoisse qui résulte de l'absence de vision collective quant à la société qu'en définitive nous estimons souhaitable de construire ? la question est posée. Nul doute qu'elle mérite débat.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner