Revue futuribles n° 144

Population - Société, modes de vie

Le statut social du sentiment amoureux

Par

Nous imaginons volontiers que rien ne se développe plus spontanément que nos sentiments. Il existe pourtant une interdépendance étroite entre structures sociales et structures émotionnelles Louis Roussel analyse ici, en retraçant l'évolution du sentiment amoureux, la place qui lui est accordée dans la famille en fonction du rôle que celle-ci est chargée d'assurer dans l'ordre social. Il distingue fondamentalement trois périodes.
Dans les sociétés traditionnelles dominées par la lutte pour la survie de l'espèce humaine, l'amour - perçu comme source de chaos - est proclamé hors la loi, la famille ayant alors un rôle de régulation sociale trop important pour être soumis à l'aléa des sentiments.
Au contraire, l'apparition de l'époque moderne est marquée par " le triomphe de la nature sur la tyrannie des contraintes " et le sentiment amoureux, jadis incompatible avec les finalités du mariage, en devient le fondement. La société s'organise : d'autres instruments de régulation au niveau collectif s'instaurent, de sorte que l'amour, enfin, peut régner, pourvu toutefois que le sentiment soit " domestiqué " .
Enfin, survient, à partir de 1965, ce que d'aucuns appellent l'époque post-moderne durant laquelle l'institution familiale perd de son affectivité, tandis que l'amour devient plus " léger ". Le sentiment amoureux idéal évident de l'époque moderne se fait plus discret, cède la place à la recherche d'un compagnonnage soigneusement négocié. On s'aime en somme " à fleurets mouchetés ".
Comment expliquer ce manque d'engagement - " cette frivolité collective " - sinon par le fait, écrit Louis Roussel, que nos jeunes contemporains sont entrés dans un monde désenchanté où dominent l'éphémère et la précarité.
Le déclin du sentiment amoureux se poursuivra-t-il en conséquence, laissant place à la " légèreté ", à un monde sans passion mais du moins convivial ? Rien n'est moins sûr.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner