Guerre

Chapitre de rapport annuel vigie

Géopolitique

Chapitre 1 du rapport Vigie 2004 : Planète poudrière ou planète pacifiée

SOMMAIRE Un monde plus sûr ? Tendances lourdes La pérennisation de l'asymétrie des conflits Multiplication des acteurs internationaux Développement de la criminalité transnationale Fusion sécurité intérieure et sécurité extérieure Le Moyen-Orient, pivot géopolitique des conflits mondiaux Incertitudes majeures Nouvelles instabilités régionales Les modes de régulation de l'espace géostratégique Place de la Chine dans l'échiquier régional et mondial Prégnance du terrorisme non conventionnel Microscénarios Ms 1 : Le monde poudrière Ms 2 : Une régulation internationale revisitée Ms 3 : Nouvelle bipolarisation

CR table ronde

Géopolitique

Guerre et terrorisme : où vont les États-Unis ?

Bruno Tertrais considère qu’il n’aurait que peu de choses à changer dans son livre La Guerre sans fin. L’Amérique dans l’engrenage s’il devait le publier aujourd’hui, et que son livre risque d’être d’actualité encore pendant longtemps. Convaincu que pour faire une bonne prospective, il faut d’abord faire une bonne rétrospective, Bruno Tertrais présente tout d’abord comment certains courants de pensée aujourd’hui très influents aux États-Unis sont apparus au cours ...

(encore 27 mots)

Revue

Géopolitique

Réflexions sur la guerre postmoderne. À propos de l’Irak

Cet article, achevé en mai 2003, annonçait assez justement le bourbier dans lequel les États-Unis s'enlisent toujours plus profondément, en Irak comme en Afghanistan. La quête frénétique et de moins en moins pudique d'un pouvoir sans partage (sous couvert de pacification démocratique et de guerre contre le terrorisme) ne pouvait aller sans quelques déconvenues. Les difficultés que rencontrent les Américains se nourrissent du hiatus toujours croissant entre les nobles fins affichées (à tout le moins pour les médias ...

(encore 128 mots)

Revue

Économie, emploi - Géopolitique

Guerre en Irak : les conséquences économiques aux États-Unis

Geneviève Schméder, s'appuyant ici sur plusieurs études réalisées aux États-Unis, examine quels pourraient être les coûts et les bénéfices de la guerre en Irak pour l'économie américaine. Bien entendu, les coûts font l'objet d'estimations diverses selon la durée et la difficulté de la guerre elle-même, la période suivant l'arrêt des hostilités, l'évolution des marchés pétroliers... L'auteur, insistant sur le fait que la victoire militaire est beaucoup moins importante que le rétablissement de la ...

(encore 57 mots)

Bibliographie

Géopolitique

La guerre asymétrique et l’avenir de l’Occident

Une ère nouvelle s'est substituée à la guerre froide: celle de la guerre asymétrique. Paradoxalement, c'est l'efficacité des puissances occidentales en matière de guerre conventionnelle qui a poussé leurs adversaires à privilégier des stratégies d'asymétrie (la guérilla, l'insurrection, la guerre prolongée), face auxquelles ces mêmes armées occidentales ne sont ni les plus adaptées ni les plus efficaces. Les États occidentaux doivent donc réviser leur approche des questions de sécurité, revoir la place de l'armée ...

(encore 75 mots)

Bibliographie

Géopolitique - Recherche, sciences, techniques

« Terrorismi - neljäs valtiomahti ? [Le terrorisme, un quatrième gouvernement ? ]  »

Le dernier numéro de la revue de la Finnish Society For Futures Studies traite de l'avenir du terrorisme et de la guerre. D'après les auteurs, l'élimination rapide du terrorisme dans l'avenir proche ne semble pas probable malgré les efforts de la coopération internationale, surtout en ce qui concerne le terrorisme du type « nationaliste ». Ceci est dû au fait que, parallèlement à une vulnérabilité croissante des sociétés, les moyens à la disposition des terroristes sont en train ...

(encore 185 mots)

Bibliographie

Géopolitique - Recherche, sciences, techniques

Networks and Netwars : The Future of Terror, Crime and Militancy

Les tragiques événements du 11 septembre 2001 ont brutalement montré que les guerres du futur n'auront pas lieu entre des États et que leurs acteurs ne seront pas les forces armées traditionnelles, mais des groupes terroristes comme Al Qaida ou des cartels de drogue comme ceux qui ravagent la Colombie et le Mexique. Leur pendant « positif » peut se trouver dans les activistes non violents de la société civile qui se battent pour les droits de l'homme ou l ...

(encore 111 mots)

Bibliographie

Géopolitique

Trends in Outside Support for Insurgent Movements

Le soutien à une rébellion est un instrument de politique étrangère commun depuis la guerre froide. Les États-Unis et l'Union soviétique ont souvent en effet transformé des guerres locales en questions internationales. La fin de la guerre froide n'a pas mis un terme à l'instrumentalisation des révoltes, mais la dimension et la nature de l'aide extérieure, ainsi que l'identité des donateurs, ont changé. Sur 74 conflits repérés depuis la fin de la guerre froide, 44 ...

(encore 82 mots)

Bibliographie

Géopolitique

Mondes rebelles, l’encyclopédie des acteurs, conflits et violences politiques

Orchestré par deux éminents spécialistes en relations internationales, l'un grand reporter au service étranger du Figaro, Arnaud de La Grange, et l'autre chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques, Jean-Marc Balencie, Mondes rebelles constitue une encyclopédie de référence sur les conflits dans le monde. Les auteurs ont fait appel à une équipe de spécialistes reconnus pour réaliser cet état des lieux de la planète rebelle. Du Moyen-Orient à l'Asie centrale, de la Corne de ...

(encore 145 mots)

Bibliographie

Géopolitique

Les Guerres civiles

L'apparition de l'État au XVIe siècle a donné naissance à deux nouveaux types de guerre : les guerres interétatiques et les guerres civiles. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, le rapport entre la fréquence des guerres interétatiques et celle des guerres civiles semble s'inverser au « profit » des secondes. À cet égard, l'étude précise et rigoureuse dont rend compte Les Guerres civiles semble plus que jamais d'actualité. Son auteur, professeur de sciences politiques, nous apporte un ...

(encore 203 mots)