Extrémisme

Editorial

Économie, emploi - Géopolitique - Institutions

Crise en Occident

L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis et les premières mesures qu’il a annoncées depuis son entrée en fonction suscitent une légitime inquiétude et bien des questions. Comment expliquer que la plus grande démocratie du monde (certes à l’exception de l’Inde) tombe de la sorte entre les mains d’un tel démagogue ? Que la première puissance, longtemps gardienne de l’ordre mondial malgré les nombreux revers de sa politique étrangère, devienne ainsi un tel ...

(encore 813 mots)

Note de veille

Géopolitique - Institutions

Perspectives de l’islam radical en Asie

Après la bataille de Mossoul, le groupe État islamique (EI) va tenter de se refaire en Asie où vivent près d’un milliard de musulmans. Une stratégie fondée non seulement sur l’action violente mais sur l’utilisation missionnaire des combattants du Moyen-Orient et des travailleurs du Golfe de retour dans leurs pays d’origine, et le recrutement de jeunes musulmans discriminés, notamment en Inde. Le chemin sera tortueux, car sans même compter les armées occidentales, l’EI devra affronter ...

(encore 775 mots)

Editorial

Géopolitique - Institutions

Le vide politique

Avant toute chose, j’adresse ici à nos lectrices et à nos lecteurs nos meilleurs vœux pour cette année 2016, en formant l’espoir qu’ils deviennent eux-mêmes les acteurs du changement qu’ils souhaitent voir intervenir dans leur pays et dans le monde. Jamais, en effet, ne m’a semblé plus pertinente l’assertion d’Alexis de Tocqueville affirmant que « la force collective des citoyens sera toujours plus puissante pour produire le bien-être social que l’autorité d’un ...

(encore 805 mots)

CR table ronde

Les démocraties occidentales face à la montée des extrémismes

Le lundi 12 octobre 2015 s'est déroulée à Futuribles International une table ronde, introduite par Pascal Perrineau, sur « Les démocraties occidentales face à la montée des extrémismes ». II répondait aux questions d'Hugues de Jouvenel quelques minutes avant cette table ronde.

Editorial

Géopolitique - Institutions

L’Europe en péril ?

Les élections municipales qui se sont déroulées les 23 et 29 mars en France ont sévèrement sanctionné le gouvernement, récemment qualifié de social-démocrate, mis en place au lendemain de l’élection du président François Hollande. Le taux d’abstention a atteint un niveau record (63,70 %), ceci témoignant, une fois de plus du discrédit dont souffrent les partis politiques [1]. Cent cinquante-cinq villes de plus de 9 000 habitants, dont une soixantaine de plus de 30 000, ont basculé de ...

(encore 802 mots)

Tribune européenne

Géopolitique - Institutions

L’émergence d’un néopopulisme européen

L’année 2014 est une année importante pour l’Union européenne qui verra en mai, pour la neuvième fois depuis 1979, les citoyens de ses États membres élire les députés les représentant au Parlement européen. Mais avec un scrutin proportionnel et dans le contexte socio-économique pour le moins tendu qui prévaut en Europe depuis six ans, le risque est grand de voir grossir les rangs des partis d’extrême droite. Car comme le montre ici Jean-François Drevet, les mouvances « néopopulistes ...

(encore 118 mots)

Note de veille

Géopolitique

Un pouvoir islamiste au Maroc ?

« Le Maroc sera islamiste (sauf miracle….ou petit tour de passe-passe du Palais) ». Tel était le titre de la première page de l’hebdomadaire Telquel (numéro 497) publié au Maroc, la semaine précédant la consultation électorale du 25 novembre 2011. Ce numéro annonçait la victoire probable du Parti de la justice et du développement (PJD) et l’appel par le Roi à son leader Abdelilah Benkirane pour diriger le gouvernement était envisagé. Quelles analyses peut-on faire a posteriori de cette ...

(encore 29 mots)

Revue

Institutions

Quelle évolution de la xénophobie en France ?

L'arrivée au second tour de l'élection présidentielle du candidat du Front national, Jean-Marie Le Pen, le 21 avril 2002, en France, a marqué tous les esprits. Sur fond de crise sociale et de désillusion à l'égard des partis politiques dominants, environ 17 % des électeurs français ont accordé leurs suffrages au leader de l'extrême droite, dont l'argumentaire principal s'articulait autour de la préférence nationale. Les Français seraient-ils plus nombreux, à l'aube du nouveau millénaire ...

(encore 126 mots)

Revue

Institutions

Le vote d’extrême droite en France : adhésion ou protestation ?

Le premier tour de l'élection présidentielle française a suscité une véritable frayeur : l'extrême droite, avec plus de cinq millions de voix, en nette progression en comparaison de l'élection de 1995, arrivait en seconde position, éliminant du deuxième tour le candidat socialiste. Comment expliquer un tel résultat ? Pascal Perrineau commence par rappeler que l'extrême droite, contrairement à ce que d'aucuns ont pu croire, n'avait pas connu d'affaiblissement au cours de ces dernières années. Tout ...

(encore 322 mots)

Bibliographie

Institutions

« L’Algérie en contrechamp »

L'islamisme n'est pas le produit obligé de l'islam : il résulte de l'association entre la religion et une volonté politique. Pour Burhan Ghalioun, qui signe l'article introductif, il n'est pas vrai que le temporel et le spirituel soient indissociables dans l'islam. Toutes les sociétés musulmanes ont su prendre le tournant de la modernité et de la sécularisation, c'est-à-dire distinguer ce qui relève de la religion et ce qui relève de l'organisation de ...

(encore 108 mots)

Bibliographie

Économie, emploi - Institutions

La Démocratie à l’épreuve : nationalisme, populisme, ethnicité

La montée générale des extrémismes de toutes sortes, depuis les intégrismes religieux jusqu'aux résurgences de fascisme et de communisme dur et xénophobe, incite à relire l'ouvrage de Michel Wieviorka qui propose de « ne pas dissocier trop vite, dans l'analyse, la question sociale et la question des identités ». En particulier parce que « la dissolution de toute capacité d'action proprement sociale se solde par un renforcement des appels identitaires ». Le livre étudie dans ses trois parties le nationalisme ...

(encore 276 mots)