Internet des Objets à l'horizon 2025

Recherche

Légende

Orange : Tendance lourde

Bleu : Incertitude majeure

Violet : Rupture possible

Contact

Cécile Désaunay
Tél. +33 (0)1 53 63 37 78

Article étude réservé

Quel écosystème d'acteurs ?

Schématiquement, trois grandes catégories d’acteurs sont en lice :

— les industriels des technologies de l’information et tout spécialement les GAFAM ;

— les industriels positionnés sur les métiers dans lesquels l’IoT émerge, à l’image des constructeurs automobiles ;

— les nouveaux venus, qui peuvent tirer parti des opportunités, notamment technologiques, pour, prendre position, comme par exemple Sigfox. Dans ce contexte, quelques tendances lourdes peuvent être observées.

La domination des acteurs de la donnée (GAFAM)

 

Une première tendance se fait jour avec des acteurs en position d’oligopole, dictant le développement de modèles de coopération. Les GAFAM ont pratiquement réussi à imposer une norme, ils sont en position centrale selon les sous-secteurs considérés. Certains d’entre eux sont ainsi quasiment verrouillés par un ou plusieurs des GAFAM, à l’image de la domotique (Google, Microsoft), de l’esanté (Apple, Google) ou de la voiture autonome (Google, Apple).

Principaux rachats par les GAFAM dans le domaine de l’IoT ces dernières années

Un foisonnement d’acteurs sur un très large éventail de secteurs

 

Le foisonnement des start-ups, parfois rachetées par les grands du domaine, à l’image du récent rachat de Withings par Nokia en avril 2016, pour 170 millions de dollars US, est une constante de l’IoT. Celui-ci se déployant dans tous les domaines de la vie quotidienne (montres, lunettes, vêtements, etc.) et industriels (SCADA, système de contrôle et d’acquisition de données), à plusieurs niveaux (capteurs, terminaux, cloud, etc.), il apparaît que le nombre d’entreprises croît fortement avec l’essor du marché.

Toutes les thématiques sont abordées en parallèle par les acteurs, notamment grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle. Ainsi, pour IBM et Amazon, l’intelligence artificielle est un moyen d’appréhender l’Internet des objets. Ces acteurs utilisent les technologies dont ils disposent déjà pour développer des usages, donnant la primauté à l’un ou l’autre des acteurs présents sur le segment. On peut prendre l’exemple des réseaux Lora et Sigfox, qui sont déjà bien en place mais qui sont des technologies en attente d’utilisation massive car les usages ne sont pas encore véritablement présents.

Par ailleurs, l’apparition concomitante et la coexistence ultérieure de systèmes opposés propriétaires (comme Apple), de systèmes ouverts (comme Android) et de systèmes libertaires (comme Linux) sont fortement probables. De ce fait, on peut imaginer la création d’un système libertaire autour de communautés d’utilisateurs ou d’un système qui fonctionnerait de manière décentralisée grâce à de nouvelles technologies comme la blockchain (ou d’autres).

Un nouvel acteur majeur

 

Une des ruptures possibles serait l’apparition d’un ou plusieurs nouveaux acteurs majeurs.

Ils seraient à l’image des GAFAM, mais ils en supplanteraient un ou plusieurs. L’Internet des objets, même s’il est relié à l’Internet classique, demeure un système particulier où les savoir-faire ne sont que partiellement « réplicables ». Les développements extrêmement rapides du marché aussi bien que des technologies obligent à une grande réactivité qui peut être compliquée à mettre en place pour des structures qui sont déjà investies dans de nombreux business.