Internet des Objets à l'horizon 2025

Recherche

Légende

Orange : Tendance lourde

Bleu : Incertitude majeure

Violet : Rupture possible

Contact

Cécile Désaunay
Tél. +33 (0)1 53 63 37 78

Article étude réservé

Des villes inteligentes grâce aux objets connectés ?

Multiplication des investissements et des annonces

Le concept de smart city[1] donne lieu à de multiples projets et réflexions de par le monde. Il se réfère à un idéal visant à relever, au sein d’une ville, le triple défi du développement économique, de la réduction de l’empreinte environnementale et de l’amélioration de la qualité de vie des habitants.

Dans les faits, le concept de smart city est revendiqué par des initiatives très différentes en termes d’ambition affichée, de moyens, de périmètre géographique (les smart cities sont souvent associées à de grandes villes, par opposition aux stupid villages), etc. Six domaines d’action des smart cities sont identifiés par le Parlement européen : gouvernance, économie, mobilité, environnement, modes de vie, citoyenneté.

Pour cela, un certain nombre de technologies sont mobilisées, notamment des objets connectés et / ou des capteurs, qui peuvent permettre de constituer des réseaux dédiés. Ces derniers peuvent ainsi contribuer à l’optimisation de la consommation de ressources (énergie, eau, espace…), à l’information des acteurs de la ville, etc. Ils peuvent être intégrés dans tous les lieux de la ville :

— sur la voie publique pour informer sur le trafic, le stationnement… ;
— dans les transports en commun pour informer sur les horaires ;
— dans les bâtiments pour optimiser leurs consommations ;
— dans différents lieux publics pour mesurer la pollution, la température mais aussi pour renforcer la sécurité (vidéosurveillance)…

Ainsi, la ville de Santander en Espagne, a installé 12 000 capteurs pour rassembler les données pertinentes sur le fonctionnement de la ville et permettre aux utilisateurs d’optimiser leurs comportements, par exemple en matière de transport où les informations sur le trafic, les places de parking disponibles et l’offre de transport public contribuent à fluidifier les déplacements.

Perspectives à l’horizon 2025

Selon le cabinet Gartner, les smart cities de la planète utilisent d’ores et déjà plus d’un milliard d’objets connectés, et ce chiffre pourrait être multiplié par 10 d’ici 2020[2]. Près de la moitié d’entre eux sont situés dans les bâtiments, et un quart sont liés à la mobilité.

Le développement futur des objets connectés dans les smart cities pourrait être favorisé par différents moteurs :

  • la nécessité d’optimiser les consommations de ressources dans la ville ;
  • les attentes des habitants en matière d’information sur les services, les équipements…, voire leur volonté de participer à la fabrication de la ville
  • la volonté d’un nombre croissant de villes de valoriser leur "intelligence" au travers de ces objets.

Néanmoins, différents freins doivent aussi être pris en compte :

  • les incertitudes concernant les moyens que les villes pourront consacrer à ces investissements, dans un contexte financier qui pourrait se dégrader ;
  • l’utilité et la fiabilité de ces objets.

Par exemple, la ville de Nice avait installé 300 horodateurs « intelligents », pour un coût de 10 millions d’euros, avant de les retirer pour réinstaller les anciens modèles. Le système, qui fonctionnait grâce à des capteurs installés dans la chaussée et à une application dédiée, avait pour ambition de réduire les difficultés de stationnement et la congestion liée[3]. Mais des failles technologiques sont apparues et le dispositif s’est avéré mal adapté aux pratiques des conducteurs.



[1]Source : étude de Futuribles International sur les smart cities, 2015. Présentation en ligne, URL : https://www.futuribles.com/fr/viewer/pdf/8149/.

[2] CANTENEUR Pauline, « Plus d’un milliard d’objets connectés dans les smart cities en 2015 », L’Atelier-BNP Paribas, 26 mars 2015. URL : http://www.atelier.net/trends/articles/plus-un-milliard-objets-connectes-smart-cities-2015_434609. Consulté le 24 août 2016.

[3] RAzEMON Olivier, « Le “stationnement intelligent” était une idée stupide », blog L’Interconnexion n’est plus assurée, 5 mai 2016. URL : http://transports.blog.lemonde.fr/2016/05/05/le-stationnement-intelligent-etait-uneidee-bete/?platform=hootsuite. Consulté le 24 août 2016.