CR colloque

Géopolitique

The Future of an Asia-Europe Partnership in Conflict Transformation. 8th Asia-Europe Roundtable

Lancé à Bangkok en 1996, le Dialogue Asie-Europe ou ASEM [Asia-Europe Meeting] est un forum informel de dialogue qui regroupe d'une part la Commission européenne et les 27 membres de l'Union européenne, et d'autre part le secrétariat de l'Association des nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN), les dix pays membres de l’ASEAN (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Viêt-nam), ainsi que la Chine, le Japon et la Corée du Sud (ASEAN+3), la Mongolie, l'Inde, le Pakistan, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la Russie. Dans le cadre de l’ASEM, la Fondation Asie-Europe (ASEF [Asia-Europe Foundation]) a été établie pour « promouvoir et stimuler les échanges culturels, les échanges intellectuels et les contacts entre les peuples ».

La 8ème table ronde Asie-Europe sur le thème « L'avenir d'un partenariat stratégique Asie-Europe dans la transformation de conflits » a été organisée à Bali (23 -25 mai 2011). Elle constitue le point culminant d’un dialogue sur la gestion des conflits qui a débuté en 2003 en associant l’ASEF, le bureau de coopération régionale de la fondation Friedrich-Ebert-Stiftung et le Singapore Institute of International Affairs (SIIA), et qui a couvert la totalité du cycle du conflit : prévention, résolution, maintien de la paix [peace-keeping], réalisation de la paix [peace-making], reconstruction et réconciliation.

Cette table ronde avait pour objectif l’amélioration des mécanismes de gestion des conflits en Asie et en Europe et le développement de modèles de partenariat stratégique entre l’Asie et l’Europe à travers la construction de scénarios. Ceux-ci ont permis d’explorer trois trajectoires alternatives d’une coopération transrégionale à l’horizon 2030.

La première déroule un scénario “Business as Usual” selon lequel l’ASEM et les formes actuelles de coopération conservent leur pertinence. La seconde trajectoire envisage les facteurs susceptibles de « changer la donne » [Game Changers for Asia-Europe Security Dialogue] et qui orientent l’évolution de l’ASEM vers la création d’un cadre de sécurité par la mise en place de mécanismes fonctionnels adaptés aux défis communs (flux migratoires, sécurité alimentaire, gestion des ressources naturelles…). La troisième trajectoire voit l’ASEM endosser le concept de « sécurité globale » [comprehensive security] caractérisé par des « approches hybrides » qui intègrent le rôle des acteurs non-étatiques dans le processus de transformation de conflits.

En conclusion, cette 8ème table ronde rappelle que si les formes du partenariat stratégique Asie-Europe peuvent évoluer de manière contrastée, elles devront toutes relever les mêmes défis : la modification de l’équilibre global des puissances ; la coopération en matière de questions environnementales et de gestion des ressources naturelles ; l’impact des nouvelles technologies et l’émergence de communautés numériques ; les enjeux en matière de développement et de réduction des inégalités ; les conséquences des flux migratoires.

Yann Vinh