Analyse prospective

Économie, emploi - Société, modes de vie

Revenu universel : actualités, orientations, plausibilité

Par

L’idée d’un revenu universel — émise sous diverses dénominations et sous divers cieux — n’a jamais rencontré autant d’écho qu’aujourd’hui. De la Silicon Valley, où certains technoprophètes la célèbrent, jusqu’à Séoul où doit se tenir en juillet 2016 un grand colloque international sur le thème. Quelques-uns des partisans d’un tel projet, qui couvre un axe idéologique allant des altermondialistes aux libertariens, estiment que l’on en fête, en 2016, le demi-millénaire. Il est vrai que Thomas More, dans son Utopie (texte paru en 1516), est parfois érigé en précurseur, même si on ne trouve pas exactement formulée, parmi ses idées, celle d’un revenu servi à tous, mais plutôt celle d’une gratuité de certains biens et services.

Qu’il s’agisse d’une allocation mensuelle ou d’une dotation versée une fois, le grand précurseur souvent cité est Thomas Paine [1737-1809]. Dans un court manifeste adressé au Directoire en 1797, La Justice agraire, il proposait, outre les bases d’un système de retraite, qu’une somme de 15 livres — de quoi alors acheter une vache et un peu de terrain — soit versée à tous les jeunes arrivant à l’âge de 21 ans, afin de faciliter leur « commencement dans le monde ».

La proposition s’est, depuis, considérablement enrichie. Elle dispose maintenant de multiples variantes, avec des visées différentes. Son actualité est marquée par des propositions qui deviennent des projets annoncés par des gouvernements. Mais avant de les présenter rapidement, il importe de clarifier de quoi il s’agit exactement.